Qu’elle est belle la mariée !
publié par Ethno1

ID :1979

Pays : France

Datation :2010

Thèmes : Fêtes et célébrations
Féminin
Mariage

Mots-clef : Aucun mot-clef

Description générale

En 2006, une exposition intitulée « Qu’elle est belle la mariée ! » est organisée en Seine et Marne, à Saint-Cyr-sur-Morin, au Musée départemental des Pays de Seine-et-Marne. Elle montre le mariage tel qu’il est imaginé, vécu, préparé et mis en scène, au milieu des années 2000, par les futures « épousées ».

Elle s’appuie sur une enquête de l’ethnologue Dominique Le Tirant auprès de femmes qui ont choisi de se marier en 2005 en Seine-et-Marne.

Le déroulement de la cérémonie et sa mise en scène sont le fil conducteur de l’exposition, dégageant ainsi les représentations sociales de la mariée, à travers les choix faits pour la tenue vestimentaire, le décor, le style du mariage, le type de cérémonie (laïque, religieuse), les rituels retenus ou écartés (alliance, jarretière, etc.) Le rôle des médias, des productions commerciales, dans la création des stéréotypes et des représentations de la mariée, sera confronté à ces parcours personnels.

L’exposition confronte les idées « qu’elles s’en font », la manière dont ces « idées » se bâtissent, avec la réalité vécue du statut de femme mariée.

Dans le rituel du mariage, plusieurs étapes son incontournables : le choix de l’habit, et en particulier de la robe de mariée ; celui de sa coiffure, de la pièce montée, la photo de mariage, etc. Dans chaque préparation de noce, la cristallisation des rôles s’exprime fortement entre hommes et femmes.

L’habit

« L’habit fait la mariée », écrit l’ethnologue Dominique le Tirant qui constate que la robe prend une place symbolique très forte dans la cérémonie, qu’elle constitue un objet « organisateur » à part entière. « Par son élaboration puis son utilisation, la robe fait la mariée, au triple sens, matériel, symbolique, social et ceci, bien au delà de la fin des festivités du mariage ».

On se marie « en marquise », en « valseuse », en « princesse ». Les robes de mariées proposées à la vente s’inspirent du « vestiaire historique », plus que de formes contemporaines des vêtements. Les noms renvoient à des registres de l’imaginaire. Une des robes porte le nom de « Scarlett » en rapport avec le célèbre film « Autant en emporte le vent », d’autres empruntent leur nom à la mythologie, à l’histoire, aux personnages littéraires, au théâtre, au cinéma, à l’univers romantique.

Autour de la mariée, la mère vient comme revivre son mariage, apporter les conseils à suivre à la future mariée, la guider sur le chemin de la « bonne représentation ». Mais la mariée doit aussi composer entre son rêve et les attentes de ses proches dont son époux.

La coiffure

Maud se fait coiffer par sa mère. La coiffure constitue un élément essentiel de la tenue de la mariée. Son élaboration parfois prévue très longtemps à l’avance (se faire pousser les cheveux pour un chignon) ponctuée d’essais de réalisation (tests), contribue à la construction du corps représenté de la mariée. Cette coiffure fait l’objet d’une négociation avec l’entourage.

La pièce montée

Parmi les passages obligés d’un mariage « réussi » il y a la pièce montée qui lors de sa présentation permet une nouvelle fois de présenter à tous, le couple marié. La pièce montée est le moment d’affirmer l’identité du mariage par un détail rappelant la vie privée de l’un ou de l’autre. Dans les sujets présentés, on trouve ainsi une caravane avec une voiture pour les amateurs de camping, un clavier d’ordinateur pour un passionné d’informatique, un gâteau en forme de cheval pour les cavaliers…Souvent la femme conserve une posture dans laquelle son futur époux la soutient. On imagine peu l’inverse !

La photo de mariage

La mise en scène du couple de mariés sur la photo de mariage ne cesse de se transformer. D’une présentation du couple face au spectateur, dans une posture rigide et plutôt descriptive, on est passé à quelque chose de plus vivant : les mariés posent par terre, dans le foin, dans les bras l’un de l’autre.

En 1950, le couple pose entouré de fleurs. La photo est retravaillée : les lèvres de la mariée sont rougies. La longue traîne-voile fait partie de la parure « classique ». Les mariés sont côte à côte, ils ne se touchent ni se regardent.


CARTE
You need to upgrade your Flash Player

MULTIMEDIA
Photo

VOS OUTILS